Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
À l'origine

À l'origine

" Arrêter le voyage c'est mourir ", proverbe gitan

Le retour à la Terre, la Palestine.

 

C'est par une chaude matinée ensoleillée que le bus n°18 en partance de la porte de Damas quitte Jérusalem pour la Cisjordanie, magnifique région aux mille et une collines parsemées d'oliviers, figuiers et amandiers. Derrière la beauté et la quiétude des lieux, se dégagent pourtant une réelle force, la détermination et la douleur d'hommes et de femmes dignes, revendiquant le retour à leur terre.

Petit aperçu en quelques clichés d'un pays aux horizons incertains et controversés, mais pourtant tellement attachant...

 

 

Sabastiya

Vallée fertile de Sabastiya, dans la banlieue de Naplouse. Figuiers, oliviers, amandiers, vignes et autres richesses y sont cultivés.

 

 

Le temps d'une brève correspondance, Ramallah la moderne m'accueille dans son habituel tumulte, concert de klaxons et rues commerçantes grouillantes de vie.

 

 

 

Marché de Ramallah

Vue sur le marché de la gare routière, Ramallah

 

 

Je regagne enfin Naplouse, Nablus, réputée pour son savon à l'huile d'olive, ses sculptures en bois d'olivier, son fameux knafeh et autres spécialités ultra sucrées, mais tellement savoureuses !

 

 

Fabrique de savons

Fabrique de savons à Naplouse

 

 

Quelques jours de visites et de rencontres passionnantes s'ensuivent à Qalqilya, village entouré du « Mur de séparation », et Jénine, tragiquement célèbre pour son massacre de 2002. Puis, rendez-vous à Bil'in aux côtés des Palestiniens, Israéliens et Internationaux se réunissant chaque vendredi afin de contester pacifiquement l'avancée illégale duMur et le détournement d'eau, conséquence directe de l'implantation de colonies israéliennes.

 

 

freedom

Free Palestine!

Biline, petit village de cultivateurs situé à quatre kilomètres à l'Est de la Ligne Verte, a vu 60% de ses terres agricoles détruites, l'accès à l'eau supprimé, pour la construction du Mur et pour l'implatation des colonies israéliennes. La victoire des militants a prouvé et continue de prouver que la lutte n'est pas vaine.

 

 

À peine remise de mes émotions, je file vers une des étapes clé du séjour, Hébron. Lieu éminemment sacré pour les Juifs, Musulmans et Chrétiens, la vieille ville abrite au sein de l'actuelle mosquée d'Ibrahim le tombeau des Patriarches, où Abraham et sa femme Sarah y sont enterrés. Je revis alors l'histoire récente d'Hébron, marquée par de violents affrontements, qui démentent hélas la possibilité d'une vie harmonieuse entre communautés religieuses.

 

 

 

Hebron

Rue Chouhada, Hébron.

Tours de guêts et caméras de surveillance pointent alors au travers des grillages et barbelés encerclants la rue désormais désertée par les Palestiniens. La rue Chouhada, étrange tableau qui ne peut laisser indifférent.

 

 

En grimpant vers le cimetière musulman, je laisse la vieille ville lavée par l'orage de la veille et m' éloigne peu à peu. Ici, à l'écart de l'agitation du centre ville, les hommes retaillent d'innombrables planches et palettes ou s'affairent dans les scieries. Comme les enfants accourent à mon passage, ils délaissent tout pour m' inviter à boire le thé.

 

 

 

menuisier Hebron

Menuisier à la porte de son atelier, Hébron

 

 

Je repense aux éclats de rire et l'insouciance de ces enfants, au débat sur la religion et la condition de la femme avec l'imam, à tous ces moments forts vécus ici en Palestine. Et comment oublier tous ceux qui nous ont accueillies chez eux pour le seul plaisir d'offrir, de donner et de vivre dans la simplicité d'un moment de partage en famille ?... de bien belles leçons d'humilité.

 

 

 

Rires à Hebron

Séance photos sous les rires des enfants, Hébron

 

 

La flamme qui ne cessera de brûler dans leur cœur reste leur moyen de résister à l'occupation israélienne et, par là, de réussir à retrouver leurs terres d'origine. Droit de retour et droit à l'indépendance nationale semblent être les vraies motivations de nombreux Palestiniens.

Retour à la terre, la Palestine.

 

« Et la terre se transmet comme la langue », écrivait Mahmoud Darwich.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Maéva 30/07/2012 17:09

Très beau reportage, la qualité et la beauté des photos rendent un bel hommage à ce pays.