Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
À l'origine

À l'origine

" Arrêter le voyage c'est mourir ", proverbe gitan

Escapade en terre des Rois, le Rajasthan.

Article publié dans la rubrique "Carnet de voyage", magazine Globe-Trotter n°3, 12-2011. 

 

 

Après quelques jours d'acclimatation dans la trépidante New Delhi, je décide de mettre le cap sur le Rajasthan. Région Nord-Ouest d'une Inde attirante et fascinante de tout temps, souvent citée pour être des plus attachantes. Sera-t-elle à la hauteur de mes attentes ?

La terre des Rois, ses mille et un palais, splendeurs architecturales d'inspiration moghole, peuple perse venu des steppes d'Asie centrale, ne tardent pas à me dévoiler une part de leurs légendes, des extravagances des maharajas aux luttes sanguinaires des guerriers rajpoutes au caractère âpre et bien trempé. Le ton est donné dans cette région si haute en couleur où tout n'est que tourbillon d'émotions et de sensations, richesse de cœur et d'esprit et mélanges en tout genre.

 

dune-Khuri

Soleil déclinant sur les dunes de Khuri, petit village isolé non loin du Pakistan

 

De Bikaner, ancienne étape importante sur la route des caravanes, petite halte à Deshnok, au curieux temple de Karni Mata, sainte appartenant à la caste très respectée des Charan. Considérés comme la réincarnation des membres de cette caste, des milliers de rats vadrouillent ici en toute liberté au risque d'effrayer quelques phobiques et de briser certains préjugés !

 

 

Deshnok,-Temple-de-Karni-ma

Au temple de Karni Mata, à Deshnoke, les fidèles viennent chaque jour saluer les petites bêtes sacrées, leur apportant offrandes et nourriture. Chacun espère secrètement  débusquer le fameux rat blanc, porteur de bonne augure...

 

En continuant vers le Sud, alors que le désert laisse place à la chaîne des Ârâvelli, Jodphur, la ville bleue des brahmanes, apparaît enfin. Préférant quitter l'agitation du marché et des abords de la Clock Tower, je m'égare dans les dédales de ruelles colorées, invitation à la flânerie et prétexte aux belles rencontres.

 

 

Jodphur-fillette

Fillette sur le pas de sa porte à Jodphur

 

 

Dans la rue, on s'arrête volontiers pour déguster le jus des cannes à sucre fraîchement broyées.

Agrémenté de jus de citron vert, les Indiens en sont très friands.

 

 

famille-Jodphur

 Tableau de famille à Jodphur, le père et ses enfants devant chez eux.

  À présent qu' il fait meilleur, les hommes se détendent et discutent dehors, les enfants chahutent, les femmes, quant à elles, s'affairent à préparer le diner à l'intérieur.

 

 

Jodphur-nuit

En haut de l'imposant fort de Merhangarh, bastion du clan Râthor, la quiétude des lieux m'envahit alors que j'attends l'instant magique du coucher de soleil qui disparaîtra derrière les lointains sommets du mont Abu. L'obscurité tombe peu à peu, et déjà, en contrebas, les lumières éparses de la ville permettent d'admirer le magnifique point de vue.

 

Avant de rejoindre Bundi la bucolique, nichée entre ses deux collines, je m'attarde dans le vaste ensemble de temples jaïns de Ranakpur, ne serait-ce que pour simplement déambuler, émerveillée, parmi les 1500 colonnes de marbre finement sculpté du temple d'Adinatha, somptueux édifice datant du XVème siècle.

 

 

Ranakpur-garçons

Les monuments et sites touristiques sont propices à de sympathiques rencontres avec les Indiens, toujours prêts à entamer une discussion et fervents amateurs de photos !

 

Les scènes de rue sont d'ordinaire un spectacle à part entière. Ce jour-là, on prépare les festivités du Holi, grande manifestation populaire célébrant l'arrivée du printemps. J'en profite alors pour me joindre à l'effervescence s'emparant de Jaïpur, capitale du Rajasthan.

 

 

rue-Jaïpur-2

Rue de Jaïpur

 

 

Temple-Udaipur.jpg

Belle récompense au bout de l'interminable volée de marches. Du temple hindou juché au sommet de la colline, la vue sur Udaïpur la blanche est imprenable. De ce côté-ci, les montagnes Arâvelli disparaissent progressivement dans les brumes du crépuscule. De l'autre, on imagine le lac Pichola et son Lake Palace, élégant palais de marbre flottant sur les eaux.

Après sa puja, ce garçon s'applique rituellement le bindi, symbole de bonne fortune.

 

Bien plus qu'être à la hauteur, le voyage fut une véritable aventure... Immédiatement charmée par ces beaux visages, peaux cuivrées et sourires éclatants, je reviens de ce mois d'itinérance en Inde comme d'un rêve éveillé, la tête et le coeur pleins de souvenirs impérissables. L'état d'esprit indien entraîne souvent des situations improbables, absurdes ou dramatiques, instants de pure comédie ou hautes réflexions philosophiques, il suffit de garder en tête qu' en Inde, tout est possible !

À ceux qui craignent une destination trop touristique, je les rassurerai en leur disant qu'en s'éloignant un instant de la route, on retrouve l'authenticité, le charme et la magie de l'Inde ancienne.

Pour l'heure, je continue vers l'Uttar Pradesh, le Shatabdi Express pour Varanasi m'attend ce soir, le voyage continue...

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article